Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, no array or string given in /homepages/26/d330730378/htdocs/wp-includes/class-wp-hook.php on line 298

les économies de chauffage et les fausses bonnes idées du Grenelle 2

Depuis quelques mois, la France prend (enfin !) conscience que la surconsommation énergétique a des répercussions sur l’environnement. Les différentes lois-cadres Grenelle 1 et 2 visent à mieux contrôler la consommation d’énergie dans les bâtiments publics, dans les logements sociaux et enfin dans le résidentiel privé. Le but affiché : réduire par quatre les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. L’objectif est d’autant plus noble que le temps est à l’urgence : en France, le secteur du bâtiment consomme plus de 40% de l’énergie finale et contribue pour près de 25% aux émissions de gaz à effet de serre.

A quoi doit donc s’attendre le secteur résidentiel privé ? Les apôtres du Grenelle 2 militent pour le remplacement des fenêtres, et une sur-isolation du toit. Ils justifieraient ces mesures par leur prétendue rentabilité économique. Or, si les mesures de sur-isolation sont en effet utiles pour les copropriétés neuves ou en réhabilitation, leur pertinence en matière économique pour les immeubles existants est discutable. Le retour sur investissement de ces travaux sur des logements anciens est très long, de l’ordre de 50 ans. Alors qu’il y existe des moyens techniques qui portent directement sur le chauffage et qui eux ont une rentabilité économique immédiate avec un ROI sur 4 ans, voire sur 2 ans, et qui n’ont pas la faveur des acteurs économiques.

Restons simples et pratiques. Les vraies sources d’économies résident dans le mode de production et la qualité du réseau de distribution, dans la bonne répartition de la chaleur et dans le niveau de la température. La réalité du chauffage, c’est d’abord de régler le chauffage sur une température normale. La « normalité » de cette température dépend de chacun, mais ce n’est jamais 25°C dans un pays tempéré. L’exception française, notre « French touch », se retrouve également en matière de chauffage : la majorité d’entre nous trouve justifié de régler la température à 21°C, fixée à l’époque par le gouvernement à 19°C, alors que les Anglais vivent dans des appartements à 16°C ?

Pour être le plus économique possible en chauffage, il faut d’abord s’intéresser aux points évoqués plus haut, avant d’envisager éventuellement une isolation.